Gaelle Leenhardt

SÉQUENCE MÉTAMORPHIQUE

Gaëlle Leenhardt
1 June - 7 July 2019/1 juin - 7 juillet 2019

FR

     L'exposition de Gaëlle Leenhardt, qui présente une sélection parmi ses vastes archives photographiques, met en place une histoire de l’intensité, depuis l'aube de la planète jusqu’au déploiement du présent et au-delà.

    Leenhardt fait passer notre attention de la matière physique de ses installations vers leurs interrelations groupées. Elle fait émerger ces relations entre les matériaux archaïques des forces géologiques et géographiques et les rencontres momentanées évoquées dans ses photographies. Ici, elle entrelace la longue temporalité de la transformation géologique avec la nature présumée instantanée de la photographie, la durée dans l'instant. Grâce à ce geste global, elle en mesure d'explorer les facettes du monde. Ces facettes sont indexés dans ses installations à travers un changement de perspectives qui met en avant les relations plutôt que d'essayer d'identifier les objets en eux-mêmes.

    Son titre fait référence à la série de transformations imposées à la roche géologique par une pression et une chaleur intense. Ces séquences peuvent être constituées de roches visuellement très différentes qui ont été métamorphosées dans diverses conditions mais qui proviennent de la même roche de base. Gaëlle Leenhardt envisage ces groupes de transformation intensive en parallèle de ses traces photographiques archivées, suggérant une continuité entre les photographies et les échelles de temps planétaires. Elle propose une sorte de mise en scène ancienne qui conduit aux différents moments dépeints ; une série continue d'événements quantiques qui traversent le présent, où l'on tente d'en dégager les parties inter-connectées.

    La tonalité politique de Leenhardt découle de sa capacité à concevoir des relations sans avoir besoin de fixer l'objet au préalable. Cette " primauté du relationnel " peut paraître surprenante face à la matière très dense et présente de ses installations, mais elle est remarquable précisément dans sa capacité à nous faire sortir de la compréhension habituelle des objets qui apparaissent dans son œuvre. L'ontologie de Leenhardt est construite à partir de l'archi-matière de la géologie, des affleurements momentanés d'événements socio-politiques, et du diagramme physique qu'elle construit avec eux. Le passé est toujours disponible dans l'œuvre de Leenhardt, bien qu'enfoui profondément dans l'instant qui passe, prêt à cristalliser et à transformer ses matériaux en formes et possibilités surprenantes.

Gaëlle Leenhardt. Née en 1987. Vit et travaille entre la France et la Serbie.

EN

     Drawing on her extensive archive of photographs, Gaëlle Leenhardt’s exhibition sets out an ongoing history of intensity, from the dawn of the planet to the unfolding of the present and beyond. Leenhardt shifts our attention away from the physical matter of her installations towards their grouped interrelations. She unearths these relationships between the archaic material of geological and geographic forces, and the momentary encounters evoked in her photographs. Here she entwines the long timescales of geological transformation with the presumed instantaneous nature of the photograph; duration within the moment. With this encompassing gesture she is able to explore the features of the world. These features she indexes in her installations through a shifting of perspectives that foregrounds relations rather than trying to pin down the objects in themselves.

     Her title refers to the series of transformations of geological rock through intense heat and pressure. These sequences can be made up of rocks that are visually very different that have been metamorphoses under various conditions but originate from the same base rock. Gaëlle Leenhardt reasons these groups of intensive transformation in parallel to her archived photographic traces, suggesting a continuity between the photographs and planetary timescales. She proposes a sort of ancient scene-setting that leads to the various depicted moments; a continuous series of quantum events that pass through the present, where we attempt to draw out their intra-related parts.

     Leenhardt’s political tonality is derived from her ability to think through relations without needing to fix the object beforehand. This ‘primacy of the relational’ may seem surprising in face of the very weighted and present matter of her installations, but it is remarkable exactly in her ability to slip us out of the habitual understanding of the objects that appear in her work. Leenhardt’s ontology is constructed from the archi-matter of geology, the momentary outcrops of socio-political events, and the physical diagram she constructs with them. The past is always available in Leenhardt’s work, though buried deep in the passing moment, ready to crystallize and transform her materials into surprising forms and possibilities.

Gaëlle Leenhardt. Born 1987. Lives and works between France and Serbia.

 

Gaelle Leenhardt

Gaelle Leenhardt

Gaelle Leenhardt

Gaelle Leenhardt

Gaelle Leenhardt

Gaelle Leenhardt

Gaelle Leenhardt

Gaelle Leenhardt

Gaelle Leenhardt

Gaelle Leenhardt

Gaelle Leenhardt

Gaelle Leenhardt

Gaelle Leenhardt

Gaelle Leenhardt

Gaelle Leenhardt

Gaelle Leenhardt

Gaelle Leenhardt

Gaelle Leenhardt

Gaelle Leenhardt

Gaelle Leenhardt

Gaelle Leenhardt

Gaelle Leenhardt

Gaelle Leenhardt

Gaelle Leenhardt

Gaelle Leenhardt

Gaelle Leenhardt

Gaelle Leenhardt

Gaelle Leenhardt

Gaelle Leenhardt

Gaelle Leenhardt

Gaelle Leenhardt

Gaelle Leenhardt

Gaelle Leenhardt

Gaelle Leenhardt

Gaelle Leenhardt

Gaelle Leenhardt

Gaelle Leenhardt

Gaelle Leenhardt

Gaelle Leenhardt

Gaelle Leenhardt

Gaelle Leenhardt

Gaelle Leenhardt

Gaelle Leenhardt

Gaelle Leenhardt

Gaelle Leenhardt

Gaelle Leenhardt

Gaelle Leenhardt

Gaelle Leenhardtgaelle leenhardt

Gaelle Leenhardt